5 février 2017

De Thich Nhat Hanh : Enseignement du Bouddha aux rois et hommes politiques


  Un extrait de ce magnifique livre de Thay,  tout à fait d'actualité en cette année d'élections ... 

 Je fais le vœu, qu'il puisse "tomber" sous les  yeux  de nos innombrables politiciens et leur ouvrir les yeux et la conscience, pour le bénéfice de tous les êtres ... et si l'un d'entre eux pouvait s'en inspirer pour en faire la base de son programme ...




"Le Bouddha désirait à présent retourner à la Forêt de Bambous pour la retraite de la saison des pluies, comme il l'avait promis au roi Bimbisara et aux bhikkus restés sur place, Le roi Suddhodana l'invita à partager un dernier repas avant son départ et à donner un enseignement sur le Dharma à la famille royale et aux membres du clan Sakya,
L'éveillé en profita pour parler de l'application de la Voie à la vie politique en déclarant qu'elle pouvait aider tout gouvernant à instaurer l'égalité sociale et la justice,
- Si vous pratiquez la Voie, vous augmenterez votre compréhension et votre compassion et vous servirez mieux votre peuple, Vous pouvez instaurer la paix sans avoir besoin d'user de la violence, du meurtre, de la torture, de l'emprisonnement et de la confiscation de la propriété, Cet idéal n'est pas utopique mais vraiment réalisable,

« Si un politicien possède suffisamment de compréhension et d'amour , il voit la pauvreté et l'oppression , trouve les façons de réformer le gouvernement afin de réduire le fossé entre riches et pauvres et cesse d'utiliser la force contre autrui,
« Mes amis, les responsables politiques doivent montrer l'exemple , Ne vous complaisez pas dans le luxe car la richesse ne fait qu'élever une barrière encore plus grande entre le peuple et vous , Menez une existence simple et saine, au service de tous, arrêtez de poursuivre des plaisirs inutiles.
Un dirigeant ne peut gagner le respect et la confiance de son peuple que si il donne le bon exemple, Si vous aimez et respectez vos sujets, ils vous aimeront et vous respecteront, Un règne par la vertu surpasse un règne par la loi et l'ordre, Dans le Voie du règne par la vertu, on utilise des méthodes qui favorisent le développement des vertus plutôt que l'usage des punitions, Selon la Voie de l’Éveil, le véritable bonheur ne peut être atteint que par le chemin de la vertu.

(à la demande de son oncle et de son père le roi, qui suppliaient le Bouddha de rester pour les aider à « créer une nouvelle forme de gouvernement dans le royaume de Sakya qui apporterait la paix et le bonheur à tous… et ferait prospérer le pays » ...)

-Père, je ne suis plus le fils d'une seule famille, d'un clan ou même d'un pays. Ma famille est maintenant tous les êtres, ma maison est la Terre et le Ciel, et je suis un moine tributaire de la générosité d'autrui, J'ai choisi cette voie et non celle de la politique. Je croix que je peux servir mieux tous les êtres de cette façon. (...)

Le Bouddha entretint ensuite le roi et l'assemblée des 5 préceptes et de la manière de les appliquer dans la société et la vie de famille, les présentant comme les fondements d'une famille heureuse et d'une société paisible . Il expliqua soigneusement chaque précepte avant de conclure :
- Si vous voulez que le peuple soit uni, vous devez d'abord gagner son soutien et sa confiance. Si les responsables politiques pratiquent les 5 préceptes, la foi et la confiance du peuple envers eux grandiront et le pays pourra mener de grands projets. La paix le bonheur et l'égalité sociale régneront. Créez une vie fondée sur la Pleine Conscience. Les dogmes du passé n’assurent ni la foi ni la confiance et n’amènent pas l'égalité entre les individus. Faites que la Voie de l’Éveil vous offrent un nouveau chemin et une nouvelle foi.

Le Bouddha calma enfin les inquiétudes du roi et de ses invités en leur promettant de revenir souvent à Kapilavatthu."

Sur les traces de Siddharta, Livre 2, Chapitre 37 Une nouvelle foi

19 janvier 2017

18 janvier 2017, arrête toi et guéris,

ça y est ce jour est arrivé 



j'ai hier 18 janvier, quitté définitivement un boulot qui m'épuisait , pour prendre ma retraite en subissant une grosse décote .... je n'ai pas souhaité faire de "pot d'adieu" qui dans ce poste est en réalité et traditionnellement "un gueuleton" ...
car ce n'était pas vraiment la fête et la joie, pour moi qui avait l'impression d'abandonner mes collègues sur un bateau qui coulait (celui du Service Public) ou plutôt que le gouvernement coulait délibérément ... 


Un certain nombre de ces collègues m'ont témoigné leur sympathie, en m'offrant quand même un cadeau, alors que j'avais indiqué "ne rien leur demander si ce n'est leur compréhension ",  mais à toutes et à tous j'ai quand même voulu marquer le coup, en leur offrant à chacune et à chacun une carte avec cette calligraphie de Thay  



et ce chant du Village pour leur répondre à la question de ce que j'allais faire maintenant :
Le bonheur c'est maintenant,
♬♪♩♭♪
Le bonheur c'est maintenant,

Je laisse tomber tous mes soucis
Nulle part où aller et rien à faire,
Pas besoin de me presser.
♯♩♪♫♬♭♮
Le bonheur c'est maintenant,

Je laisse tomber tous mes soucis
Quoique je fasse
Et où que j'aille,
à présent je prends mon temps.
♬♪♩♭♪
Texte & Musique : Éveline Beumkes
et puis ces mots :
"Merci à toi d'avoir été là

J'ai beaucoup apprécié de travailler avec toi
Toi aussi
à présent
prends bien soin de toi
et 


Heureuse continuation
à la Trésorerie Municipale
ou
dans le Service Public"

Michel le 18/01/2017


et voila le message que j'avais envoyé  à toutes et tous, un mois auparavant:
 -------- Message original --------
Sujet : mon départ  : message à tous les agents de la TMM
Date : 15/12/2016 17:32



Je viens de recevoir la notification de mes droits pour le 1er avril 2017
compte tenu de mes congés en CET et de ceux pour 2017, je devrais quitter la TMM vers le 24 janvier 2017

Je ne ferai pas de "pot de départ" car pour moi un pot est synonyme de fête, et mon cœur n'est pas en fête ,
 car j'ai la nette impression en partant et en ayant voulu que cela le soit juste au moment de mes 62 ans,  
d'abandonner un navire entrain de couler ,
ceci uniquement afin de me préserver, préserver ma santé physique et surtout morale  fut ce au prix d'une décote ... mais qu'importe l'argent quand la santé est en jeu.

- un navire entrain d'être  coulé,  devrais je plutôt dire et inexorablement quoiqu'on fasse ... nous en avons toutes et tous fait beaucoup et vous allez, j'en suis sur continuer à le faire

au même titre qu'est coulé le Service Public auquel j'étais heureux de participer depuis le choix conscient que j'avais fait en tant qu'étudiant en passant et réussissant le concours d'inspecteur, 
de travailler pour le Service (du) Public   ,  plutôt que pour les bénéfices d'une boite privée ...
  et dont il m'est devenu aujourd'hui de plus en plus difficile et insupportable de participer à sa destruction .

Je ne vous en veux pas  M. C..... (mon "patron")  ni à notre direction départementale qui vous comme elle, avez fait tout ce qui était en votre pouvoir pour nous aider , mais je sais bien que vous devez vous plier à des impératifs supérieurs...

Je me sens comme un rat qui quitte le bateau car il n'en peut plus d'écoper, et de vous demander d'écoper,
et vous remercie toutes et tous de l'avoir fait et de continuer à le faire contre vents et marées... je sais que vous continuerez à le faire , mais que ce ne soit pas au détriment de votre santé

Je vous remercie aussi chacun et chacune d'entre vous avec qui j'ai pu travailler et  apprécier ce travail en commun.
Je vais jusqu'à mon départ m'efforcer de vous transmettre mon savoir pour continuer vos taches qui j'en suis conscient vont s'alourdir encore

Et je ne vous offrirai rien d'autre que ma tristesse que de devoir vous abandonner,
et ne vous demanderai rien non plus,
juste votre compréhension bienveillante.



cordialement

Michel 

6 janvier 2017

Les voeux de Thierry Casasnovas pour 2017, souhaiter, esperer ou s'engager?

 J'ai beaucoup aimé ces vœux de Thierry Casasnovas, qui sont d'une très grande sagesse



Détoxifier notre corps par une meilleure alimentation, mais aussi et surtout notre esprit, en lâchant prise