19 janvier 2017

18 janvier 2017, arrête toi et guéris,

ça y est ce jour est arrivé 



j'ai hier 18 janvier, quitté définitivement un boulot qui m'épuisait , pour prendre ma retraite en subissant une grosse décote .... je n'ai pas souhaité faire de "pot d'adieu" qui dans ce poste est en réalité et traditionnellement "un gueuleton" ...
car ce n'était pas vraiment la fête et la joie, pour moi qui avait l'impression d'abandonner mes collègues sur un bateau qui coulait (celui du Service Public) ou plutôt que le gouvernement coulait délibérément ... 


Un certain nombre de ces collègues m'ont témoigné leur sympathie, en m'offrant quand même un cadeau, alors que j'avais indiqué "ne rien leur demander si ce n'est leur compréhension ",  mais à toutes et à tous j'ai quand même voulu marquer le coup, en leur offrant à chacune et à chacun une carte avec cette calligraphie de Thay  



et ce chant du Village pour leur répondre à la question de ce que j'allais faire maintenant :
Le bonheur c'est maintenant,
♬♪♩♭♪
Le bonheur c'est maintenant,

Je laisse tomber tous mes soucis
Nulle part où aller et rien à faire,
Pas besoin de me presser.
♯♩♪♫♬♭♮
Le bonheur c'est maintenant,

Je laisse tomber tous mes soucis
Quoique je fasse
Et où que j'aille,
à présent je prends mon temps.
♬♪♩♭♪
Texte & Musique : Éveline Beumkes
et puis ces mots :
"Merci à toi d'avoir été là

J'ai beaucoup apprécié de travailler avec toi
Toi aussi
à présent
prends bien soin de toi
et 


Heureuse continuation
à la Trésorerie Municipale
ou
dans le Service Public"

Michel le 18/01/2017


et voila le message que j'avais envoyé  à toutes et tous, un mois auparavant:
 -------- Message original --------
Sujet : mon départ  : message à tous les agents de la TMM
Date : 15/12/2016 17:32



Je viens de recevoir la notification de mes droits pour le 1er avril 2017
compte tenu de mes congés en CET et de ceux pour 2017, je devrais quitter la TMM vers le 24 janvier 2017

Je ne ferai pas de "pot de départ" car pour moi un pot est synonyme de fête, et mon cœur n'est pas en fête ,
 car j'ai la nette impression en partant et en ayant voulu que cela le soit juste au moment de mes 62 ans,  
d'abandonner un navire entrain de couler ,
ceci uniquement afin de me préserver, préserver ma santé physique et surtout morale  fut ce au prix d'une décote ... mais qu'importe l'argent quand la santé est en jeu.

- un navire entrain d'être  coulé,  devrais je plutôt dire et inexorablement quoiqu'on fasse ... nous en avons toutes et tous fait beaucoup et vous allez, j'en suis sur continuer à le faire

au même titre qu'est coulé le Service Public auquel j'étais heureux de participer depuis le choix conscient que j'avais fait en tant qu'étudiant en passant et réussissant le concours d'inspecteur, 
de travailler pour le Service (du) Public   ,  plutôt que pour les bénéfices d'une boite privée ...
  et dont il m'est devenu aujourd'hui de plus en plus difficile et insupportable de participer à sa destruction .

Je ne vous en veux pas  M. C..... (mon "patron")  ni à notre direction départementale qui vous comme elle, avez fait tout ce qui était en votre pouvoir pour nous aider , mais je sais bien que vous devez vous plier à des impératifs supérieurs...

Je me sens comme un rat qui quitte le bateau car il n'en peut plus d'écoper, et de vous demander d'écoper,
et vous remercie toutes et tous de l'avoir fait et de continuer à le faire contre vents et marées... je sais que vous continuerez à le faire , mais que ce ne soit pas au détriment de votre santé

Je vous remercie aussi chacun et chacune d'entre vous avec qui j'ai pu travailler et  apprécier ce travail en commun.
Je vais jusqu'à mon départ m'efforcer de vous transmettre mon savoir pour continuer vos taches qui j'en suis conscient vont s'alourdir encore

Et je ne vous offrirai rien d'autre que ma tristesse que de devoir vous abandonner,
et ne vous demanderai rien non plus,
juste votre compréhension bienveillante.



cordialement

Michel 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire