25 mars 2013

Mars 2013... Nouveau départ ou tournant ? « comment lâcher prise, tout en ne lâchant rien »

Mars 2013... Nouveau départ ou tournant ? (le 15 mars c'était mon 58eme anniversaire)

Nouveau départ ou tournant pour ce blog et ma propre recherche spirituelle ... 


De plus en plus,   au fur et à mesure que j'avance sur ce chemin... CAMINO... je réalise qu'il faudra qu’un jour j’en change une partie de l’intitulé....
  » méditer, militer et agir pour un autre monde possible  » est en train de devenir dans mes recherches au fond de moi même
 « comment lâcher prise, tout en ne lâchant rien » 

 ou  comment être heureux, ici et maintenant, alors qu’il y a tant de souffrances autour de moi et sur lesquelles je ne peux rien faire…
  -souffrances crées par ce capitalisme mortifère, lui même issu de l'avidité humaine, l'un des 3 poisons de base qui voilent notre esprit... (pour moi le premier)

Oui comment concilier

 ON LÂCHE RIEN

Chant que j'aime chanter à la fin de chaque manifestation auxquelles je participe... 
 
et


 LÂCHER PRISE
enseigné par le Bouddha et que symbolise cette superbe chanson des Beatles et que j'aime depuis mon adolescence...


  OUI de plus en plus je me rends compte, je suis en plein dans la dualité !  et je n'arrive pas à m'en sortir

De plus en plus je réalise la contradiction qu'il y a en moi entre mon âme militante et ce chemin spirituel que j'ai choisi, contradiction, opposition même...

 Je le réalise  vraiment depuis l'étude en atelier d'approfondissement de notre sangha, de ce 7eme entraînement de l'inter-être :

Septième Entraînement : S'établir heureux dans le moment présent

Conscients que la vie n’est accessible que dans le moment présent, nous nous engageons à nous entraîner à vivre pleinement chaque instant de notre vie quotidienne. Nous essaierons de ne pas nous perdre dans la dispersion, de ne pas nous laisser emporter par les regrets du passé, les soucis du futur ou l’avidité, la colère et la jalousie du présent. Nous pratiquerons la respiration consciente pour être attentifs à ce qui se passe dans l’ici et le maintenant. Nous sommes déterminés à apprendre l’art de vivre en pleine conscience en touchant les éléments merveilleux, rafraîchissants et porteurs de guérison qui sont en nous et autour de nous, quelle que soit la situation. Ainsi, nous pourrons cultiver les semences de joie, de paix, d’amour et de compréhension en nous-mêmes, afin de faciliter le travail de transformation et de guérison dans notre conscience profonde. Nous sommes conscients que le vrai bonheur dépend principalement de notre attitude mentale et non des conditions extérieures. Nous pouvons vivre heureux dans le moment présent simplement en reconnaissant que nos conditions de bonheur sont déjà plus que suffisantes. 



conscients que le vrai bonheur dépend principalement de mon attitude mentale et non des conditions extérieures ? non je n'y arrive pas 

vivre heureux dans le moment présent simplement en reconnaissant que nos conditions de bonheur sont déjà plus que suffisantes ? non plus 


-Intégrer le fait que je suis moi même ce système (capitaliste) que je hais, et pour lequel je n'arrive pas depuis 3 ans à changer mes perceptions (erronées) ...  NON !
-Renoncer à militer , à intervenir sur les groupes et forums, pour y semer mes petites graines , parce que en le faisant, je me nourris de nourritures toxiques... Ce n'est pas possible  ...

c'est contraire à moi même , à mon être intérieur, au révolté que j'ai toujours été (Mai 68 et Woodstock sont au (très)fond de moi même).

Je ne suis pas prêt à recevoir ces 14 entrainements ... les conditions ne sont pas réunies, et surtout je n'ai pas envie de les réunir !

Mais ce n'est pas pour autant que je veuille abandonner ce chemin, ou les ateliers d'approfondissement, dans lesquels je me sens si bien.



Me changer moi même, afin de changer le monde... OUI , mais me changer moi même, n'est-ce pas un peu en opposition avec ce "be yourself" (sois toi même, ou accepte toi, toi même) que j'entends très souvent de la part de frères ou sœurs du village?  

Toujours la dualité .... qui me poursuit (sourire) 

En tout cas tout doucement
Camino mon chemin spirituel et militant est en train de devenir 

 « comment lâcher prise, tout en ne lâchant rien »
et pour cela comment  
 



20 mars 2013

Les patrons ça ne mérite que la pendaison , est ce une pensée bouddhiste?


Car je me réjouis à chaque fois, oui j'éprouve de la JOIE quand en manif,  je chante ce chant militant  et en le racontant une fois en sangha, j'en ai choqué certain(e)s...



Les patrons ça ne mérite que la pendaison , est ce une pensée bouddhiste? (digne d'un bouddhiste pratiquant? )
à priori non...
Nous ne devons pas souhaiter la mort d'autres êtres fussent ils nos ennemis
alors en plus s'en réjouir...! bonjour mon karma  

dans le 1er des entrainements à la pleine conscience, du Village des Pruniers  il est clairement dit de s'abstenir d'avoir des pensées meurtrières... 

Premier entraînement : Protection de la vie

Conscient(e) de la souffrance provoquée par la destruction de la vie, je suis déterminé(e) à cultiver ma compréhension de l’Inter-Être et ma compassion, afin d’apprendre comment protéger la vie des personnes, des animaux, des plantes et des minéraux. Je m’engage à ne pas tuer, à ne pas laisser tuer et à ne soutenir aucun acte meurtrier dans le monde, dans mes pensées ou dans ma façon de vivre. Je comprends que toute violence causée notamment par le fanatisme, la haine, l’avidité, la peur, a son origine dans une vue dualiste et discriminante. Je m’entraînerai à tout regarder avec ouverture, sans discrimination ni attachement à aucune vue, ni à aucune idéologie, pour œuvrer à transformer la violence et le dogmatisme qui demeurent en moi et dans le monde.

 J'avais bien sur conscience de cette nouvelle dualité entre ma pratique spirituelle et mon âme militante, mais me disais que je n'étais peut être pas dans "une perception erronée"

Confirmation grâce à Jonathan de ce blog...



avec qui j'ai eu ce partage... 
voici ce qu'il m'a répondu quand j'ai évoqué avec lui ce chant et mon aversion pour ce système

"Tu confonds la fonction « patron » et l’être humain qui est derrière, qui ne voit pas ce qu’il fait, qui ne voit pas les conséquences de ses actes et qui souffre pour cela. Pour lui, c’est son problème, la loi du Karma est implacable. Pour toi, c’est ta haine envers certaines personnes qui te concerne."

et voici ce que j'ai répondu après avoir médité longuement sur sa réponse

 "ne t’en fais pas, je ne confonds pas …
j’ai ou j’essaie d’avoir de la compassion pour l’être humain que sont ces patrons… et qui comme tout être humain souffre… je les inclue dans mes dédicaces du soir quand je récite les 4 pensées illimitées …
ma haine c’est pour le système qui a fait d’eux, ces êtres inhumains…
et quand je chante en début de manif qu’ils ne méritent que la pendaison…. c’est en tant que patron ou symbole du système, pas en tant qu’ être vivant…
il me semble que je distingue bien l’Homme de la fonction …

merci en tout cas d’avoir pointé du doigt cette « confusion », ce qui m’a permis d’y méditer., et je saurais plus clairement qui ou quoi il faut pendre, lors de ma prochaine manif (sourire) et que répondre à ma « marraine »
bien à toi
Michel
 
Je peux maintenant répondre à qui que ce soit que je ne souhaite pas la mort d'un être humain, mais que cet être vivant là, puisse tuer en lui LA FONCTION DE PATRON (ou d'exploiteur) qui lui vient de ses perceptions erronées ...

  et en plus pour moi ça toujours été pour les patrons du CAC 40 ...

 Manjousri, tranchant les afflictions mentales avec son épée de sagesse, vous connaissez?

 (image de la compassion courroucée vue au temps de Huy en Belgique)

Et la Compassion Courroucée ?  

MERCI JONATHAN 

 

15 mars 2013

Mohammed Merah... à Montauban un an déjà

À propos des crimes commis par Mohamed Merah il y a un an déjà... 

15 mars 2012 : Mohamed Merah frappe à Montauban

LaDépêche.fr ‎- il y a 4 heures
Le jeudi 15 mars 2012, à Montauban, un homme casqué abat trois parachutistes.

puis quelques jours après à Toulouse... 

Face au déchainement médiatique de nos "Nouveaux Chiens de Garde" qui l'ont présenté comme un fou sanguinaire au service du terrorisme musulman... et qui continuent à le faire...

 


  
Ce magnifique article sur le site du Centre de Ressources de la Non Violence 

  NOUS AUTRES MEURTRIERS

par Jean-Marie Muller *



http://www.non-violence-mp.org/a-propos-des-crimes-commis-par-mohamed-merah/


  
   
...des extraits mais il nous faut vraiment lire tout l'article :

"Ces  meurtres  d’innocents  commis  froidement  par  Mohamed  Merah  ont  soulevé  en  France  et partout  dans  le  monde  un  immense  mouvement  d’émotion  et  d’indignation.  Comment  ne  pas ressentir  une  réelle souffrance face à une telle tragédie ? Oui, ces meurtres sont in-dignes, ig-nobles, in-acceptables, in-tolérables, in-justifiables. Au sens strict de l’expression, ces meurtres sont des crimes contre l’humanité."

 (...)
"Chacun  d’entre  nous  pourrait  être  tenté  de  croire  faire  preuve  d’humanité  en  multipliant  les accusations et les condamnations en voulant dénier toute humanité à Mohamed Merah. Si nous n’y  prenions  garde,  chacun  de  nous  pourrait  se  donner  bonne  conscience  en  voulant  exclure, retrancher cet homme de notre commune humanité. Chacun pourrait  croire qu’il attesterait de son  innocence  en  accablant  le  coupable  et  en  l’enfermant  dans  cette  condamnation.  Mais,  en réalité, chacun ne ferait preuve que de son ignorance."

 (...)
"Faut-il  refuser  d’entendre  et  d’écouter  Mohamed  Merah  lorsqu’il  nous  dit  qu’il  a  exécuté  ses victimes pour protester contre la guerre en Afghanistan et pour venger les enfants palestiniens tués  à  Gaza ?  Cependant  l’entendre  et  l’écouter,  ne  serait-ce  pas  commencer  à  l’excuser ?  Or cela  nous  ne  le  pouvons  d’aucune  manière :  ces  meurtres  doivent  demeurer  sans  excuse d’aucune  sorte.  Car  il  faut  le  dire  et  le  redire,  jamais  le  meurtre  d’enfants  innocents  ne  peut excuser  le  meurtre  d’autres  enfants  innocents.  Faut-il  pour  autant  refuser  de  tenter  de comprendre ce qui a conduit cet enfant de nos cités, mais qui est davantage l’enfant des prisons de  la  République  que  de  ses  écoles,  à  devenir  le  meurtrier  de soldats qui auraient pu être nos fils,  nos  frères  ou  nos  amis,  le  meurtrier  d’enfants qui  auraient  pu  être  nos  enfants ? N’est-ce pas aussi un devoir d’humanité que de vouloir comprendre ?"

 (...)
"S’agissant  de  la  guerre  en  Afghanistan,  tous  les  observateurs  avertis  reconnaissent « l’enlisement »,  « l’embourbement »  de  l’action  militaire  de  la  coalition  occidentale.  Le  26 août 2008, l’enquête de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a affirmé  avoir  « trouvé  des  preuves  convaincantes,  fondées  sur  le  témoignage  de    témoins visuels,  et  d’autres,  que  90  civils  ont  été  tués,  dont  60  enfants. »  Le  11  mars  2012,  un  soldat américain  tue  16  civils  dont  neuf  enfants  dans  deux  villages  de  la  province  de  Kandahar.  Le président  Hamid  Karzaï  a  déclaré  au  sujet  de  ce  massacre :  « C’est  un  assassinat,  le  meurtre intentionnel de civils innocents. »

Il est urgent de se demander si la violence aveugle des bombardements et des tirs meurtriers de la coalition occidentale est de nature à faire prévaloir les valeurs universelles de la civilisation sur les forces de la barbarie. Quel message l’Occident fait-il parvenir au peuple des humiliés en lançant ses bombes et en tirant ses balles tueuses d’enfants sur les maisons afghanes ?

L’élément  religieux  a  souvent  été  mis  en  avant  dans  le  dossier  de  Mohamed  Merah.  Il  est  en effet  établi  que  celui-ci  se  référait  à  un  islamisme  radical.  Dès  lors,  sa  croyance religieuse ne peut pas ne pas être prise en compte dans l’effort de compréhension de son geste. Sans aucun doute, la première précaution doit être d’éviter tout amalgame qui conduirait à stigmatiser nos concitoyens de confession musulmane en les suspectant tous de justifier la violence terroriste. Nombre de musulmans ont une vision pacifiée de l’islam. De même, il nous faut redoubler de vigilance pour éradiquer l’antisémitisme dont les racines sont toujours vivantes au sein de notre société."

 (...)
 " Oui, les meurtres de Mohamed Merah sont des crimes contre notre commune humanité…
Qui pourrait penser les justifier ?
Non, Mohamed Merah n’est pas un « monstre » qu’il faut  retrancher de notre humanité…
Oui, les meurtres des enfants palestiniens et afghans sont aussi des meurtres in-justifiables…
Oui, la mort de Mohamed Merah est aussi un drame…
Oui, nous sommes tous responsables…
Et nous sommes tous coupables…
Nous sommes tous meurtriers…
Et  Mohamed  Merah,  en  dépit  de  toutes  ses  errances,  est  lui-même  une  victime  de  ce  monde meurtrier…
Quand tout est dit, et quoi qu’on en dise encore, il est permis de penser que nous avons envers lui un devoir d’humanité qui nous conduit à exprimer à son égard un geste de compassion…
Chacun de nous est sommé d’assumer sa part de responsabilité pour inscrire dans l’histoire les principes philosophiques et les actions politiques, les uns et les autres respectueux de la dignité humaine,  qui  permettront  de  faire  face  aux  injustices  et  aux  violences  qui  meurtrissent  les hommes dans notre société et partout dans le monde…
Pour maintenir  l’espérance vivante dans le cœur de nos enfants…
"
*  Philosophe et écrivain, membre du Mouvement pour une Alternative Non-violente ( MAN : www.nonviolence.fr ).

7 mars 2013

Hommage à Hugo Chavez (je sais qu'en le faisant je vais me faire des ennemis... )


Avec la mort de Chavez hier mardi 5 mars, la classe ouvrière et tous les exploités du Venezuela perdent un dirigeant et un défenseur dans la lutte contre le capitalisme et l’impérialisme. Dès l’annonce de son décès, des centaines de milliers de Vénézuéliens se sont dirigés vers la place Bolivar à Caracas, comme vers les places de toutes les autres villes et des centaines de villages à travers le pays. En dépit de tous les obstacles qui se sont dressés – et se dressent encore – sur le chemin de la révolution, les masses opprimées savent distinguer amis et ennemis. Non seulement au Venezuela, mais dans toute l’Amérique Latine et dans le monde entier, le nom d’Hugo Chavez sera à tout jamais associé à la cause des pauvres et exploités, aux victimes du système capitaliste. 
 
Oui je sais, c'était un dictateur... . mais aimé de son peuple qui l'avait élu  et ré élu démocratiquement, c'était un bienfaiteur de son peuple

Et  ne vaut il pas mieux en ces temps d’extrême décadence, un dictateur éclairé qui se soucie de son peuple, que ces pseudos démocrates, qui s'en foutent, ou pire s'assoient dessus... ?


Au revoir camarade, mais pas adieu...tu nous reviendras ...

Pour mieux le connaître

Ainsi parlait Hugo Chavez

 Dossier Hugo Chavez